GLOSSAIRE ASTRONOMIQUE

A*  B*  C*  D*  E*  F*  G*  H*  I*  J*  K*  L*  M*  N*  O  P  Q  R  S  T
 UVWXYZ

N

N
L'une des 10 classes spectrales dans lesquelles on a rassemblé les étoiles appartenant à la nomenclature établie par l'observatoire de Harvard. Les étoiles de ce type présentent des bandes d'absorption des composants du carbone d'où leur nom parfois d'étoiles carbonées. Leur température superficielle avoisine les 2000 K, et leur couleur est rouge.

nadir
L'opposé du zénith.

naine
Étoile de petite dimension appartenant à la classe V. Les étoiles naines sont essentiellement situées dans la séquence principale du diagramme HR. Le Soleil est une naine du type G2V. (voir étoile naine).

naine blanche
Une étoile blanchâtre d'une faible luminosité avec une forte température de surface qui possède une masse approximativement égale à celle du Soleil mais avec une densité de plusieurs fois plus grandes. Nébuleuse solaire le nuage de gaz et de poussière qui c'est effondré il y a environ 5 milliards d'années pour former le système solaire. Étoile de très faible luminosité de classe VII. Ce sont des étoiles qui se situe à un stade d'évolution après écroulement gravitationnel des couches externes. Leur densité est très élevée et leur matière comporte un gaz dégénéré d'électrons. Pesanteur et pression y sont très élevées.

nanomètre (Nm)
Unité de mesure que l'on emploie à la place du micron ou micromètre et de l'Angström. Vaut 0,000001 mm ou 10-6 mm.

nébuleuse
A l'origine, désignation de tout objet fixe apparaissant comme une tache lumineuse diffuse dans un petit instrument. C'est ainsi que l'on parle encore. de la nébuleuse d'Andromède qui fut la première appellation de l'objet découvert et qui est en fait la galaxie d'Andromède.

nébuleuse diffuse (ou galactique)
Zones de la Voie lactée où, sous l'action d'étoiles très chaudes (type O ou B), le gaz interstellaire se met à rayonner et la poussière réfléchit la lumière de ces étoiles. Elles se présentent par une alternance de taches irrégulières de lumière et de plages sombres.

nébuleuse obscure
Nuage interstellaire non lumineux mais apparaissant en contraste sur un fond d'étoiles dont il obscurcit et absorbe en partie le rayonnement. (Ex. : nébuleuse Tête de Cheval).

nébuleuse planétaire
Nuage de matières en expansion de forme elliptique ou circulaire. Au centre de ce nuage existe une étoile excitatrice qui le rend lumineux. Cette étoile est ce qu'il reste de l'étoile primordiale qui a donné naissance en explosant à ce nuage. Cette étoile résiduelle est souvent une étoile à neutrons. Ex. : nébuleuse de la Lyre, la Dumbell, la nébuleuse Hélix.

Neujmin, Grigoriy N.
Astronome ukrainien; découvreur de l'astéroïde 951 Gaspra.

neutrino
Une particule fondamentale hypothétiquement produite en quantité énorme par les réactions nucléaires des étoiles. Ils sont très difficiles à détecter puisque la très grande majorité d'entre eux passe au travers de la Terre sans interagir avec celle-ci.

Particule élémentaire neutre, de masse très petite appartenant à la famille des fermions légers : les leptons au même titre que l'électron et le muon.

neutron
Particule qui, avec les protons, constitue, à l'exception de celui de l'hydrogène, le noyau des atomes.

newton
Unité de mesure de force dans le système international symbole : N.

Newton, Isaac ( 1642-1727 )
Scientifique et ecclésiastique anglais; découvreur des lois de bases du mouvement et de la gravité; l'histoire apocryphe de la pomme n'est probablement pas vraie.

Newton (loi de la gravitation universelle de)
Loi, tirée de l'observation du mouvement des corps célestes, qui détermine la force du type gravitationnel qui s'exerce entre deux corps de n'importe quelle nature. Elle établit que, entre deux corps, s'exerce une force d'attraction proportionnelle au produit des masses et inversement proportionnelle au carré de leur distance. Une telle force est appelée force gravitationnelle.

Nicolas de Cusa, ( 1401-1464 )
Théologien, savant et philosophe allemand. Naît à Trèves (Allemagne) en 1401; meurt à Todi (Italie) en 1464. Il affirme que l'Univers est infini et qu'il ne peut ainsi avoir de centre fixe et immobile. Émet l'idée que tout observateur placé sur le Soleil, la Lune, Mars ou une étoile verrait l"Univers tourner autour de lui. Établit un principe cosmologique voulant que, partout, l'Univers ait la même structure. Il est un des précurseurs de Copernic.

Nicholson, Seth Barnes ( 1891-1963 )
Astronome américain; découvreur de Lysithée, Ananke, Carme et Sinopé; et est aussi auteur de travaux importants sur les taches solaires.

niveau d'énergie
En mécanique quantique, chacune des valeurs discrètes (non continues) que peut assumer l'énergie dans un système microscopique.

noeud
Élément d'un mouvement orbital; c'est le point d'intersection de l'orbite avec un plan de référence qui est soit le plan de l'écliptique pour les planètes, le plan de l'équateur pour les satellites. On appelle noeud ascendant celui où l'astre va du Sud vers le Nord, noeud descendant dans le sens inverse.

nombre atomique
(voir noyau atomique).

nombre de masse
(voir noyau atomique).

nombre de Wolf
Du nom de l'astronome suisse - 1816- 1893. Rapport entre le nombre de taches solaires et le nombre de groupes de taches. A été pendant longtemps le seul élément servant à l'étude de l'activité solaire.

notation exponentielle
"1.23e4" veut dire "1.23 fois 10 à la quatrième puissance" ou 12 300; "5.67e-8" veut dire "5.67 divisé par 10 à la huitième puissance" ou 0.0000000567.

Nouvelle Lune
Phase lunaire au cours de laquelle le disque de la Lune est complètement obscur car en conjonction avec le Soleil.

novae
Étoile variable qui devient brusquement très lumineuse (de 10 000 à 100 000 fois sa luminosité habituelle) puis faiblit pour retrouver son éclat primitif. Ce phénomène est lié à l'éjection à grande vitesse des couches externes de l'étoile. Ce phénomène peut se renouveler plusieurs fois : novae récurrentes ou novoïdes. Elles sont repérées par le nom de la constellation où elles se situent. Ex. : V 603 Aql dans l'Aigle.

noyau
Partie centrale d'un astre plus ou moins active où se produisent des réactions thermonucléaires (étoiles) ou radiatives (planètes) entretenant une température interne.

noyau atomique
Partie centrale de l'atome qui en détermine presque totalement la masse. Le noyau est constitué de protons et de neutrons (dits nucléons). Chaque noyau est caractérisé par un numéro atomique Z (nombre des protons), et par le nombre de masse A (nombre de nucléons).

noyau cométaire
Partie centrale de la comète entourée de la chevelure et où se concentre la plus grande partie de la masse. Comme elle est constituée de matières rocheuses, métalliques, de gaz à l'état solide, de poussières, au contact du vent solaire, des poches internes de gaz se forment et explosent, éjectant dans l'espace matière et gaz qui constituent la queue de la comète.

nuage
Amas de matière interstellaire de densité supérieure à la densité moyenne de l'espace intergalactique. Ils constituent les formations appelées nébuleuses obscures ou globules.

nuage d'Oort (du nom de l'astronome néerlandais)
Théorie avancée en 1950 selon laquelle une région de l'espace située aux confins du système solaire à une distance évaluée entre 40 000 et 150 000 unités astronomiques serait un véritable "réservoir" à comètes en en contenant environ 100 milliards. Celles-ci déstabilisées par des fluctuations gravitationnelles se décrocheraient et plongeraient dans l'espace interplanétaire.

nucléon
Terme par lequel sont désignés les constituants des noyaux atomiques, c'est-à-dire le proton et le neutron.

nucléosynthèse
Création de nouveaux éléments par réactions nucléaires. Un exemple est donné par la conversion thermonucléaire de l'hydrogène en hélium au coeur des étoiles de la séquence principale. Il existe deux processus principaux appelés "chaîne proton-proton'' et ''cycle du carbone'' (en réalité carbone/azote).

nuit
Intervalle de temps entre le coucher et le lever du Soleil.

numéro d'astéroïdes
Lorsqu'ils sont découverts, les astéroïdes reçoivent un numéro séquentiel. Il n'a aucune signification particulière sauf que pour astéroïde N+1 a été découvert après astéroïde N. (voir annexe 5)

nutation
Petit mouvement giratoire très faible de l'axe de rotation de la Terre qui vient s'ajouter à la précession lente et régulière. Ce phénomène est dû aux changements de position du plan de l'orbite lunaire. Elle a pour conséquence le déplacement de l'axe des pôles qui dessine ainsi de petites ellipses dont les axes mesurent 18,5" et 13,7'' et