GLOSSAIRE ASTRONOMIQUE

A*  B*  C*  D*  E*  F*  G*  H*  I*  J*  K*  L*  M*  N*  O  P  Q  R  S  T
 UVWXYZ

M

M
L'une des 10 classes spectrales dans lesquelles on trouve les étoiles qui appartiennent à la nomenclature établie par l'observatoire de Harvard. La température superficielle est d'environ 3000 K. La couleur est rouge-orangé. Dans le spectre, apparaissent des raies métalliques et de larges bandes d'oxyde de titane qui caractérisent ce type d'étoiles. Ces étoiles sont en général de géantes et des supergéantes variables. Ex. : Bételgeuse, Antarés.

macula
Tache sombre. (nomenclature internationale)

magnétisme stellaire
Phénomène physique selon lequel certaines étoiles présentent un champ magnétique plus ou moins intense. Certaines étoiles présentent un champ magnétique quasi constant, d'autres présentent un champ variable, d'autres encore, un champ dont la polarité s'inverse périodiquement. L'origine du magnétisme stellaire, principalement dans les étoiles de types A et F, est encore inconnue.

magnétosphère
Région de l'espace où le champ magnétique d'une planète domine celui du vent solaire.

Espace entourant la Terre au-delà de l'ionosphère à partir d'un millier de kilomètres de la surface terrestre et s'étendant jusqu'à la magnétopause qui la sépare de l'espace interplanétaire. Dans cet espace se trouve confiné par l'action du vent solaire le champ magnétique terrestre, protégeant la Terre du « bombardement » des particules ionisées constituant ce flux issu du Soleil.

magnétosphère (queue de la)
Portion de la magnétosphère planétaire (sur le côté nuit de la planète) qui est entraîné vers l'extérieur du système solaire par le vent solaire.

magnitude stellaire
Une mesure de la brillance d'un corps céleste sur une échelle numérique, sur laquelle l'étoile la plus brillande a une magnitude de -1.4 et l'étoile la plus faible visible à l'oeil nu a une magnitude de 6 avec un échelle telle qu'une baisse d'une unité représente une augmentation d'un facteur 2.512 de la brillance apparente. Aussi appelée la magnitude apparente.

Échelle logarithmique utilisée pour classer les étoiles en fonction de leur luminosité. On distingue la magnitude apparente ou visuelle, celle que l'on observe à l'œil nu ou à l'aide d'un instrument d'observation; la magnitude absolue : magnitude apparente qu'aurait l'astre s'il se trouvait à une distance de 10 parsecs; la magnitude photographique. La magnitude est définie par un chiffre algébrique. Plus ce chiffre est élevé moins l'astre est lumineux, ainsi l'étoile la plus brillante du ciel : Sirius a une magnitude de -2, l'étoile polaire n'a qu'une magnitude de +2. Sans instrument, l'œil humain peut déceler des objets jusqu'à la magnitude 6 dans de bonnes conditions. Les instruments d'observation des amateurs permettent d'atteindre des magnitudes de 9 à 13. Les nouvelles techniques des observatoires professionnels permettent d'atteindre la magnitude 25.

mare
Littéralement "mer" (une appellation peu appropriée mais toujours utilisée pour des raisons historiques); en réalité de larges plaines circulaires. (nomenclature internationale)

marée
Terme générique qui indique les tensions de type gravitationnel qu'un ou plusieurs corps induisent à la surface d'un astre. La Terre est particulièrement sujette aux forces d'attraction de la Lune et du Soleil, lesquels (particulièrement la première) produisent leurs effets les plus sensibles sur le manteau hydrosphérique (océans et mers) qui recouvre notre planète, mais aussi sur la lithosphère et sur l'enveloppe gazeuse de l'atmosphère.

Marius, Simon ( 1573-1624 )
(alias Mayr) Astronome allemand qui nomma les satellites "galiléens" de Jupiter. Lui et Galilée prétendent les avoir découverts en 1610 et l'ont probablement fait indépendamment. Marius a aussi été le premier à observer la"nébuleuse d'Andromède" avec un télescope et l'un des premiers à observer les taches solaires.

mascon
Abréviation de l'expression anglaise « mass concentration ». Elle est utilisée pour indiquer un matériau de masse plus concentrée qui existe sous la surface des mers lunaires. Du fait de sa plus grande force gravitationnelle, elle est responsable des anomalies rencontrées à bord de navettes spatiales en orbite autour de la Lune.

maser
(Microwave Amplification by Stimulated Emission of Radiation) Phénomène naturel de l'espace interstellaire semblable à l'effet obtenu au moyen de l'amplificateur de micro-ondes utilisé en laboratoire.

masse
Mesure de la quantité de matière d'un corps mais aussi mesure de l'inertie d'un corps, c'est-à-dire de sa résistance à l'accélération lorsqu'une force lui est appliquée. Son unité dans le système SI est le kilogramme. Ne doit pas être confondue avec le poids.

masse-luminosité
Relation linéaire entre la masse et la luminosité rencontrée dans un grand nombre d'étoiles et en particulier celles de la séquence principale du diagramme HR.

matière
Tout ce qui peut être considéré comme un agrégat de particules matérielles dotées de masse. Elle est présente, en diverses quantités dans tout l'Univers y compris dans les espaces Interstellaires et intergalactiques.

mécanique céleste
Étude du mouvement des astres sous l'action de la gravitation Universelle. Les calculs orbitaux des planètes et autres objets du système solaire font appel aux paramètres de la mécanique céleste.

mensa
Mesa, élévation de terrain avec un sommet plat. (nomenclature internationale)

mer (lunaire)
Formation de la surface lunaire qui sont des plaines de grandes dimensions légèrement déprimées, bordées de régions accidentées. Elles apparaissent comme de grandes taches sombres à la surface de l'astre lorsqu'il est observé à l'œil nu. Ces formations portent des noms latins : Mare Serenitatis, Mare Crisium, Mare Tranquillitatis,...

méridien
Lieu des points du globe terrestre ayant même longitude, limité aux deux pôles terrestres. Le méridien sud d'un lieu est le cercle horaire où le Soleil culmine (midi) pour un observateur situé en ce lieu.

méson
Nom de diverses particules faisant partie comme les barbons et les hyperons de la famille des hadrons. Comprend des Pions appelés lésons et des kaons.

mésosphère
Couche atmosphérique comprise entre la stratosphère et la thermosphère. Elle concerne les couches placées à 30-90 km environ de la surface terrestre.

métal
En astrophysique désigne tous les éléments sauf l'hydrogène et l'hélium, par exemple : "l'univers est composé d'hydrogène, d'hélium et des traces de métaux". (Note : cette définition est très différente de la traditionnelle définition que l'on utilise en chimie.)

Messier (catalogue)
Du nom de l'astronome français Charles Messier - 1730-1817. Catalogue, datant de 1781 , d'objets repérés par la lettre M suivant un numéro d'ordre correspondant à l'ordre de leur découverte. Comprend 110 amas, nébuleuses ou galaxies.

météore
(ou "étoile filante") Phénomène lumineux dans le ciel causé par l'entrée dans l'atmosphère terrestre d'une météorite ou d'une petite particule de glace. Les météores très brillants sont aussi appelés boule de feu ou bolides.

En général, tout phénomène lumineux se produisant dans l'atmosphère et plus particulièrement celui provoqué par le passage d'un metéoride dans cette atmosphère. Il est communément appelé dans ce cas "étoile filante".

météorite
Une roche d'origine extra-terrestre trouvée sur Terre.

météorite (ou météoroïde)
Objet solide de l'espace interplanétaire plus petit qu'un astéroïde qui donne parfois naissance a un météore lors de sa rentrée dans l'atmosphère.

météorides
Objets, plus petit que les astéroïdes, en orbite autour du Soleil.

Débris rocheux ou métalliques (ou mixtes) qui parviennent au sol et qui proviennent de météorites suffisamment gros pour ne pas s'être complètement désinfectés lors de leur passage dans l'atmosphère. La plus grosse météorite à ce jour est celle de Hoba en Afrique du Sud trouvée en 1920. Elle pèse 60 tonnes. Les météorites sont soit pierreuses (aérolithes, chondrites) soit métalliques (sidérites) soit mixtes (lithosidérites). On estime à 10 000 tonnes la masse de micrométéorites et météorites tombant sur Terre par an.

métrique
La métrique est le carré de la distance de 2 points d'un espace. Détermine la géométrie de l'espace.

micrométéorite
Météorite de très petite dimension sous forme de poussières (100 microns environ) provenant de l'espace interplanétaire qui tombent sur Terre et dont la masse représente plusieurs centaines de tonnes par jour.

micron (ou micromètre)
Unité de mesure qui n'est plus employée depuis 1967 et qui valait 0,001 mm. Est remplacée par le manomètre (Nm).

midi vrai
Instant où le Soleil culmine au méridien d'un lieu donné. On précise parfois midi vrai local.

milliard Un milliard = 1 000 000 000 (1e9); (version américaine de billion) à ne pas confondre avec billion = 1e12 (version britannique de billion)

millibar
1/1000 d'un bar. La pression standard au niveau de la mer est d'environ 1013 millibars.

minuit
Moment de la culmination inférieure du Soleil au méridien.

minute
Division sexagésimale du degré ou de l'heure. L'abréviation pour une minute d'arc est ', pour une minute de temps : min. ou m.

mirage
Les mirages sont dus à la réfraction anormale de la lumière dans l'atmosphère à proximité de la surface terrestre. Dans des circonstances particulières de température, pression et humidité, deux images peuvent se former d'un objet très éloigné sur l'horizon, l'une à l'endroit, l'autre à l'envers. Il peut alors arriver que la partie inférieure de l'image soit invisible, ce qui rend la partie supérieure de l'image observable comme suspendue dans l'air.

mirage gravitationnel
Multiplication visuelle de l'image d'un objet lointain due à la présence d'une masse (nuage interstellaire, galaxie) dont l'attraction gravitationnelle déforme la trajectoire des rayons lumineux émis par cet objet. L'objet appelé « Croix d'Einstein » est certainement un mirage gravitationnel d'une galaxie ou d'un quasar.

miroir
Surface optique réfléchissante utilisée dans les réflecteurs (télescopes). On distingue le miroir principal qui réfléchit les rayons lumineux vers un miroir secondaire qui renvoie l'image vers l'oculaire. Ces miroirs peuvent être concaves, convexes, satiriques, paraboliques.

mise en station
Série d'opérations préliminaires à une observation ou à une photo astronomique ou réalisées sur un instrument à monture équatoriale. Il s'agit de la vérification de la latitude du lieu, de l'horizontalité du support, de l'alignement de l'axe polaire avec l'axe du monde, du contrôle de la mise en station (méthode de Bigourdan).

mois
Chacune des douze divisions de l'année qui a une durée voisine de celle de la lunaison.

mois draconitique
Période de temps comprise entre deux passages successifs de la Lune par ses propres noeuds ascendant ou descendant et égale à 27 jours 5 heures 5 minutes 35,8 secondes.

mois sidéral
Période de temps au cours de laquelle la Lune fait une révolution entière autour de la Terre. Sa durée moyenne est de 27,32166 jours solaires moyens, soit 27j 7h 43min 12" de temps moyen.

mois synodique
(voir lunaison)

mons
Montagne (pluriel: montes)

monture azimutale
Dispositif permettant de faire tourner un instrument en général des lunettes autour d'un axe vertical et d'un axe horizontal. La position des objets observés variant en permanence en azimut et en déclinaison, il est nécessaire de réajuster l'instrument selon les deux axes

monture équatoriale
Dispositif permettant de faire tourner un instrument autour d'un axe parallèle à l'axe du monde (direction de l'étoile polaire) et d'un axe qui lui est perpendiculaire. Une fois l'axe "polaire'' bien aligné (mise en station de l'instrument) et l'objet cadré dans l'instrument, il suffit de le suivre dans son mouvement par une simple rotation. Ce mouvement peut se faire au moyen d'un moteur. Ce dispositif est impératif pour l'astrophotographie demandant des temps de pose longs.

mouvement direct
Mouvement angulaire apparent des astres dans la sphère céleste: il se produit de l'occident à l'orient. Même les planètes, les astéroïdes et les comètes peuvent présenter un mouvement direct dans certaines trajectoires de leur orbite; au contraire, dans d'autres trajectoires, ils peuvent avoir un mouvement rétrograde, soit de l'orient vers l'occident.

mouvement diurne
Mouvement apparent des astres par suite de la rotation de la Terre sur elle-même.

mouvement propre
Déplacement angulaire annuel d'une étoile dans la sphère céleste. En fait, les étoiles ont un mouvement dans l'espace, avec une vitesse dont nous pouvons imaginer qu'elle se décompose selon deux composantes : l'une radiale, dans la direction Terre-étoile, l'autre tangentielle à la sphère céleste. Cette dernière, mesurée en secondes d'arc en un an constitue le mouvement lui-même. A ce jour, c'est l'étoile de Barnard qui a le plus grand mouvement propre connu; Située à 5,9 années-lumière de nous, son déplacement est de 30' (1 diamètre Lunaire) en 180 ans.

moyen âge, le
La période comprise entre l'antiquité et les Temps modernes. Il s'étend de la chute de l'Empire romain (476) à la chute de Constantinople (1453) ou au voyage de Chistophe Colomb en Amérique (1492).