GLOSSAIRE ASTRONOMIQUE

A*  B*  C*  D*  E*  F*  G*  H*  I*  J*  K*  L*  M*  N*  O  P  Q  R  S  T
 UVWXYZ

A

A
L'une des 10 classes spectrales d'étoiles de la nomemclature établie par l'observatoire de Harvard. Les étoiles de type "A" sont moins chaudes que les étoiles de type "B" ou "O"; elles sont de couleur blanche et leur spectre est dominé par la raie d'hydrogène. Ex.: Véga de la Lyre.

aberration
En physique, on dit qu'un système optique présente une abérration lorsqu'il ne fournit pas une image nette et exacte de l'objet considéré.

aberration chromatique
Une image d'une étoile obtenue au moyen d'une lentille présentant ce défaut est entourée d'une frange colorée.

aberration de position
Écart entre la direction réelle d'un astre et celle où l'on l'observe dû aux vitesses relatives de l'observateur et de l'astre. Les mouvements de rotation et de révolution de la terre provoquent pour un observateur terrestre deux types d'aberration : l'aberration diurne (maximum 0"32) et l'aberration annuelle (maximum 20"5).

aberration de sphéricité
Le foyer de la lentille où convergent les rayons lumineux n'est pas la même pour les rayons centraux que pour les rayons extérieurs.

absortion
Fraction de la lumière d'un astre extérieur absorbée par l'atmosphère terrestre et dont la valeur est proportionnelle à la couche traversée.

accélération
Variation de la vitesse dans un intervalle de temps donné. Selon que l'accélération est positive ou négative, on dit que le mouvement est uniformément accéléré ou retardé. L'unité de mesure du système international est le "m.s.-2" ou "m/s2".

accélération de la pesanteur
Augmentation de la vitesse d'un objet attiré par un champ gravitationnel (attraction terrestre par exemple) tombant en chute libre et proportionnelle au temps. Cet accroissement appelé accélération de la pesanteur est de 981 cm/s et a pour symbole la lettre "g".

accrétion
Accumulation de poussière et de gaz en des objets plus massifs tels que les étoiles, planètes et les lunes. Phénomène d'accumulatin de matière à la surface d'un astre.

achromatique - achromatisme
Se dit d'un objectif de lunette composé de deux lentilles. Le but est de réduire les abérrations (déformations) que produiraient une seule lentille. Propriété de certains instruments optiques supprimant toutes les aberrations chromatiques, les irisations qui accompagnent l'image d'un objet par exemple. L'achromatisme peut être corrigé en superposant deux lentilles, l'une convergente, l'autre divergente, constituant un doublet achromatique.

activité du Soleil
C'est ainsi qu'on qualifie l'ensemble des phénomènes qui ont lieu à la surface et à l'intérieur du Soleil. Le phénomène le plus connu et celui des taches solaires. Celles-ci se forment au centre d'activité, c'est-à-dire dans les zones où le champ magnétique solaire, qui a normalement des valeurs d'un ordre de grandeur de 1 gauss, atteint une intensité d'une centaine ou d'un millier de gauss. L'activité solaire se manifeste par d'autres phénomènes, telles les facules, les éruptions chromosphériques, les protubérances et les émissions soudaines d'ondes radio et de faisceaux de particules.

A.D. (ascension droite)
L'une des deux coordonnées astronomiques. Du fait de la rotation de la terre, les astres se déplacent en A.D. (ascension droite).

Adams, John Couch ( 1819-1892 )
Astronome et mathématicien anglais qui, à l'âge de 24 ans, a été la première personne à prédire la position d'un objet de masse planétaire au-delà d'Uranus. Mais, malheureusement, Adams n'a pas publié sa prédiction. Galle a confirmé l'existence de Neptune à partir de calculs indépendants de Le Verrier.

aérolithe (ou aérolite)
"Pierre venue de l'air", toute pierre venant du ciel constituant une catégorie de météorites composés de silicates de métaux légers.

âge de la Lune
Temps qui s'est écoulé depuis la dernière nouvelle lune.

âge de la Terre
Calculé à partir de la désintégration de certains isotopes. On l'estime à 4,5 milliards d'années.

âge de l'Univers
Évalué entre 15 et 20 milliards d'années depuis l'explosion primordiale (Big Bang).

aires (loi des)
Loi s'appliquant à tous les mouvements à force centrale et en particulier en astronomie au mouvement képlérien : la surface balayée par le rayon vecteur est proportionnelle au temps.

al
Abréviation de année-lumière.

albédo
Le rapport entre la lumière réfléchie par un objet et la lumière incidente; une mesure de réflectivité ou de la brillance intrinsèque d'un objet (une surface blanche, parfaitement réfléchissante aurait un albédo de 1.0; une surface noire parfaitement absorbante aurait un albédo de 0.0). Pouvoir réfléchisant d'un corps appartenant au système solaire (ou encore : pourcentage de lumière solaire que ce corps reflète). La Terre a un albédo de 0,34; ce qui vent dire qu'elle réfléchit 34% de la lumière solaire qu'elle reçoit. L'albédo des planètes va de 0,06 pour Mercure à 0,54 pour Neptune. Le plus fort est celui de Vénus : 0,64 alors que la Lune qui absorbe 92% de la lumière qu'elle reçoit du Soleil à un albedo de 0,073. La mesure de l'albedo permet de caractériser la composition de la surface ou de l'atmosphère de l'astre.

al-Haytham, Ibn, ( 975-1039 )
Mathématicien, physicien et philosophe arabe. Né à Basra (Iraq) en 965, mort au Caire en 1039. Il est surnommé le second Ptolémée. Démontre l'inconsistance d'un axiome de Ptolémée, qui disait qu'un observateur placé sur Terre devait voir le déplacement des autres planètes comme des mouvements circulaires.

alpha
Lettre grecque qui caractérise en principe l'étoile la plus lumineuse d'une constellation.

alpha (particules)
En physique, on appelle particules alpha les noyaux d'hélium composés de deux protons et de deux neutrons. Ils ont une charge électrique positive et une masse de 4,002794 unités de masse atomique. Les particules alpha sont émises spontanément par la mejeure partie des éléments radioactifs naturels sous forme de rayons alpha (ou radiations alpha) qui, avec les protons, sont les constituants fondamentaux de la radiation cosmique primaire. Elles ont un pouvoir ionisant élevé mais une faible force de pénétration, ce qui fait qu'elles sont arrêtés par des matériaux de petite épaisseur (0,01 mm d'aluminium par exemple).

altazimutale (voir aussi azimutal)
Monture d'un instrument analogue au théodolite qui sert à déterminer en même temps la hauteur et l'azimut d'un astre.

amas de galazies
Concentration de galazies dans l'espace. On parle parfois aussi de superamas. Ex.: Amas de la Vierge, Amas de la chevelure de Bérénice...

amas globulaire
Amas stellaire généralement en symétrie sphérique et constitué de plusieurs centaines de milliers d'étoiles (qui semblent être toujours plus concentrées vers le centre de l'amas). Les amas globulaires sont répartis en une sphère entourant les galaxies appelée halo globulaire. Dans notre galaxie, cette sphère a un rayon de plus de 40.000 parsecs. Ex.: l'Amas d'Hercule M13.

amas ouvert
Regroupement d'étoiles peu dense comprenant au plus quelques milliers d'étoiles issues du même nuage de gaz et de poussières. Les amas ouverts se situent principalement dans le disque des galazies spirales. Leur diamètre est de quelques parsecs. Ex.: les Pléiades, Les Hyades.

amplitude
Arc de l'horizon compris entre le point auquel un astre se lève ou se couche et les directions de l'est et de l'ouest.

Anaxagore, ( vers 500 avant J.-C., vers 428 avant J.-C. )
Philosophe grec. Naît à Clazomènes (aujourd'hui ville de Turquie, près de Téos, où se trouvent les ruines du fameux temple de Dionysos, dieu grec de la vigne, du vin et du délire extatique) vers 500 avant J.-C. Meurt vers 428 avant J.-C. Il affirme que le Soleil est une pierre enflammée plus grosse que le Péloponnèse (presqu'île du sud de la Grèce). C'est l'un des premier à tenter de calculer la distance Terre-Soleil.

angle horaire
L'une des deux coordonnées dans le système dit des coordonnées horaires. C'est l'angle compris entre le méridien local sud et le cercle horaire qui passe par l'astre observé. Compté de 0 à 12 heures avec le signe + vers l'ouest, - vers l'est.

angström (du nom du physicien)
Unité de longueur équivalente à 10-7mm, et dont le symbole est Å. L'angström sert à exprimer les longueurs d'onde dans le secteur visible. Dans le système international, la tendance est à le remplacer par le nanomètre (10-6mm).

anneau
Formation annulaire mince située dans le plan équatorial des planètes géantes. Constitué de particules de poussières, de blocs de matière et de glace dont les dimensions peuvent aller du micron à des dizaines de mètres qui gravitent autour de la planète. Ex.: anneaux de Saturne, d'Uranus...

année
Période de temps fixée conventionnellement à la durée approximative de la révolution de la Terre autour du Soleil soit 365 jours.

année-lumière (année de lumière)
Unité dont la distance est égale à la distance parcourue par la lumière dans le vide en une année à la vitesse de 300 000 km/s soit environ 9 500 milliards de kilomètres.
= 9.46053e12 km (= 5 880 000 000 000 miles = 63.239 AU); la distance parcourue par la lumière en un an.

année grégorienne
Année dont la durée est fixée conventionnellement à 365,425 jours suite à la réforme du calendrier par le page Grégoire XIII en 1582.

année julienne
Année dont la durée est fixée conventionnellement à 365,25 jours suite à la réforme du calendrier par Jule César en 46 av J.-C.

année sidérale
Temps mis par le Soleil pour revenir à un même point par rapport aux étoiles. Elle vaut 365,263 jours.

année tropique
Intervale de temps entre deux passages du Soleil par le point vernal. Elle est plus courte que l'année sidérale : 365,242 jours.

anomalie
L'un des éléments képlériens d'une orbite planétaire. C'est l'angle qui détermine la position d'un astre en mouvement autour d'un autre. On distingue:

--L'anomalie vraie V : le sommet de l'angles est l'astre central, le côté mobile joint les astres;

--L'anomalie excentrique E : le sommet de l'angle est le cetnre de l'orbite, le côté mobile passe par un point du cercle principal correspondant à une position donné de l'astre;

--L'anomalie moyenne M : c'est l'angle qui a pour sommet par exemple le Soleil et dont les côtés s'alignent dans la direction du périhélie et dans celle d'un point se déplaçant autour du Soleil avec une vitesse angulaire constante et une période égale à celle de la planète considérée. L'équation de Kepler donne le lien entre l'excentricité de l'orbite, l'anomalie moyenne et l'anomalie excentrique.

antapex
Point opposé à l'apex.

antenne
En télecommunications, élément ou ensemble d'éléments qui servent à émettre (antenne de transmission) ou à recevoir (antenne réceptrice) les ondes électromagnétiques. Il existe des antennes isotropiques, omnidirectionnelles et directives.

--- Une antenne isotropique présente les mêmes propriétés émettrices, ou de réception, pour toutes les directions de l'espace.

--- une antenne omnidirectionnelle est capable d'émettre ou de capter uniformément dans toutes les directions d'un plan.

--- une antenne directionnelle émet ou capte la plus grande partie de l'énergie dans une seule direction.

antimatière
Matière composée de particules dont la polarité est l'inverse de celle de la matière ordinaire.

antiparticule
Particules élémentaires correspondant à chacune des particules fondamentales avec lesquelles elles partagent certaines propriétés identiques (masse, spin) quand d'autres sont opposées (charge électrique). Leur rencontre les fait s'annihiler et les conduit à se transformer en énergie.

apex
Point du ciel vers lequel semble se diriger l'ensemble du système solaire avec le Soleil. Ce point est situé en bordure de la constellation d'Hercule près de celle de la Lyre. Ce mouvement se fait à une vitesse de 20 km/s.

antipode
Le point qui est exactement à l'opposé, sur l'autre côté de la planète.

aphélie ( antonyme: périhélie )
Le point de l'orbite d'une planète, ou d'une comète, qui est le plus loin du Soleil. Lorsque l'on fait référence à des objets en orbite autour de la Terre le terme apogée est utilisé; le terme apoastre est utilisé pour les orbites autour d'autres corps.

aplanétique
Système d'au moins deux lentilles optiques dans lequel l'aberration de sphéricité est compensée.

apoastre
Point de l'orbite d'un astre le plus éloigné d'un autre astre autour duquel il tourne.

apochromatique
Objectif de lunette composé de trois lentilles. C'est le "top niveau" en matière de qualité d'optique.

apogée
Apoastre d'une orbite décrite autour de la Terre.

apulse
Passage d'un astre au voisinage du bord lunaire sans qu'il y ait occultation

Arago, Dominique François Jean ( 1786 - 1853 )
Astronome et physicien français et directeur de l'Observatoire de Paris. Il découvrit le phénomène de production du magnétisme par rotation

Aristarque, ( 310 avant J.-C., 230 avant J.-C. )
Astronome grec. Né à Samos (île de la mer Égée) en l'an 310 avant J.-C., il décède en 230 avant J.-C. S'intéresse à la géométrie. Reconnaît que la Lune est plus petite que la Terre, mais que le Soleil est beaucoup plus gros. Met au point une méthode de mesure des distances relatives de la Terre au Soleil et à la Lune. De cette façon, il réussit à prouver les trois propositions suivantes :

1- Le Soleil est à une distance de la Terre plus grande que 18, mais moins que 20 fois la distance de la Terre-Lune. 2- Le diamètre réel du Soleil et celui de la lune sont à peu près dans le même rapport, soit entre 18 et 20. 3- Le rapport entre le diamètre du Soleil et celui de la Terre est plus grand que 19.3 et plus petit que 43.6. Il suggère également que la Terre tourne autour du Soleil (première hypothèse héliocentrique), ce qui le fait accuser d'impiété.

Aristote, ( 354 avant J.-C., 322 avant J.-C. )
Philosophe grec, élève de Platon. Naît en l'an 354 avant J,-C., à Stagira (ancienne ville de la Macédoine, au nord de la mer Égée). Meurt en 322 avant J.-C. Explique les phases de la lune. Reconnaît que la Terre est une sphère. Rejette cependant l'idée que la Terre se déplace, car la voûte étoilée semble être vue du même angle tout au long de l'année. Établit un système géocentrique qui fait autorité jusqu'au XVIIe sciècle.

d'Arrest, Heinrich Louis
Astronome danois qui assista Galle lorsqu'il observa Neptune pour la première fois. Après avoir reçu la position prédite par Le Verrier, Galle et d'Arrest débutèrent la recherche. Avec Galle à l'oculaire et d'Arrest lisant les cartes, ils observèrent le ciel et vérifièrent que chaque étoile observée était bien sur la carte. Seulement quelques minutes après le début desrecherches d'Arrest c'est écrié, "Cette étoile n'est pas sur la carte!" et mérita alors sa place dans les livres d'histoire.

ascension droite ( A.D. )
L'une des deux coordonnées astronomiques. Du fait de la rotation de la terre, les astres se déplacent en A.D. (ascension droite). Une des coordonnées du système dit des coordonnées équatoriales. Distance angulaire comptée dans le sens direct à partir du point vernal.

ascention verse
Coordonnée équatoriale similaire à l'ascension droite mais comptée dans le sens rétrograde.

astéroïdes (ou petites planètes)
(aussi "planétoïde") Un objet rocheux de taille moyenne en orbite autour du Soleil; plus petit qu'une planète, plus gros qu'un météorite. Corps du système solaire dont la dimension ne dépasse pas quelques centaines de kilomètres qui orbitent autour du Soleil. Ces petites planètes sont particulièrement très nombreuses dans un anneau appelé la Ceinture d'astéroïdes orbitant entre Mars et Jupiter.

atmosphère
= 1.013 bars = 1.03 kg/cm2 = 14.7 livres par pouce carré, la pression atmosphérique standard au niveau de la mer sur la Terre.

astre
Tout objet céleste naturel visible

astroarchéologie
Science (relativement jeune) qui étudie l'astronomie primitive ou préhistorique.

astrobiologie (ou cosmobiologie)
Science qui étudie les phénomènes et les problèmes ayant trait à la diffusion de la vie dans l'Univers. Selon son champ de recherche, l'astrobiologie est dite solaire ou galactique.

astrolabe
Instrument permettant d'obtenir, pour une latitude donnée, une représentation plane simplifiée du ciel à une date quelconque. Ancien instrument qui permettait d'avoir une représentation du ciel à un instant donné.

astrométrie
Branche de l'astronomie qui traite de la détermination de la position et des mouvements des corps célestes. L'ensemble des notions géométriques qui concourent à fixer la position d'un corps céleste est connu sous le nom d'astronomie sphérique. Cette dernière s'occupe seulement de déterminer la position des astres, sans tenir compte de leur distance à l'observateur.

astronautique
Science de la navigation en dehors de l'atmosphère terrestre.

astronomie
Une science qui porte sur l'observation, le mouvement et l'évolution des corps célestes. Étude scientifique des astres et de tous les phénomènes et objets célestes. C'est l'une des sciences les plus anciennes et les plus modernes à la fois. Ses liens avec l'astrophysique, la météorologie, la chimie et la biologie se font de plus en plus étroits.

astrophysique
Science qui se préoccupe de l'interprétation des observation astronomiques à l'aide des lois de la physique. Science dont l'objet est l'étude des corps célestes et, plus généralement, de l'Univers dans son ensemble. Au sens large, l'astrophysique, intermédiaire entre les méthodes et principes de l'astronomie et de la physique, se propose d'interpréter et d'unifier les données observées par la recherche astronomique en élaborant les lois physiques qui peuvent les expliquer.

atmosphère
En astronomie, enveloppe gazeuse entourant un corps céleste et pouvant contenir des particules en suspension (poussières, gaz, aérosoIs...). Les étoiles ont toutes une atmosphère gazeuse dont la température est très élevée engendrant une émission de lumière.

atome
La plus petite particule de matière non divisible chimiquement, qui reste donc inaltérée dans n'importe quel type de réaction chimique. Il est constitué d'un noyau (de charge positive) autour duquel gravite un nombre variable d'électrons (de charge négative).

d'Aurillac, Gerbert, ( 938, 1003 )
Théologien et savant français. Naît en Auvergne (France) vers 938; meurt à Rome (Italie) en 1003. À ses débuts comme enseignant à Reims (France), il est à l'origine d'un mouvement scientifique. On lui doit un traité sur l'astrolable, objet dont il étudie le fonctionnement. Il est finalement devenue pape de 999 à 1003, sous le nom de Sylvestre II.

aurore
Une lueur dans l'ionosphère d'une planète causée par l'interaction entre le champ magnétique de la planète et des particules ionisées provenant du Soleil.

aurore boréale (ou aurore polaire)
Causée par l'interaction du vent solaire, du champ magnétique de la Terre et de la haute atmosphère. L'on trouve aussi un phénomène semblable dans l'hémisphère sud où il est connu sous le nom d'aurores australes.

aurore polaire
Phénomène qui consiste en une émission de lumière par la haute atmosphère terrestre dans les zones proches soit du cercle polaire arctique (aurore boréale), soit antarctique (aurore australe). Ça n'est qu'exceptionnellement qu'on observe des aurores polaires à des latitudes plus basses comme, par exemple, en France. Le phénomène se manifeste à des altitudes comprises en moyenne entre 100 et 1000 km d'altitude. Elles sont provoquées par l'excitation de particules en suspension dans l'atmosphère par des particules électrisiez provenant du Soleil. Ces dernières canalisées par le champ magnétique terrestre pénètrent dans l'atmosphère au niveau des pôles.

axe céleste (ou axe du monde)
Droite autour de laquelle la sphère céleste tourne apparemment, du fait du mouvement réel de la Terre autour de son propre axe. L'axe céleste est donc parallèle à l'axe terrestre et ses points d'intersection avec la sphère céleste sont les pôles célestes.

axe de déclinaison
Second axe de rotation d'un instrument à monture équatoriale, perpendiculaire à l'axe polaire.

axe polaire (ou axe horaire)
Axe de rotation d'un instrument à monture équatoriale et donc parallèle à l'axe du monde.

azimutal
Se dit d'une monture à deux mouvements - "horizontal et vertical" . Pour suivre un astre pendant l'observation, il faut manoeuvrer les deux axes en même temps

azimut
Avec la hauteur et la distance zénitale, il constitue les coordonnées horizontales. Angle dans le plan horizontal entre l'observateur et l'objet visé. Compté de O à 3600 dans le sens rétrograde à partir du sud en astronomie.